Témoignage

– Femme de combat

-Si vous lisez ces mots aujourd’hui, c’est que vous et moi avons la même envie.
Peut-être est-ce le BESOIN de donner la vie. L’existence sur terre n’étant pas un chemin linéaire, nous sommes dans le croisement de l’infertilité, la PMA, l’attente ou l’incompréhension.
Nous sommes entre nous, alors je vais partager avec vous mon parcours, ce que Dieu m’a appris, ce qui m’aide à garder espoir et pourquoi j’ai choisi le terme «Femme de Combat».
J’ai 24 ans, mon époux et moi sommes ensemble depuis près de 7 ans. Après avoir vécu un petit bout de chemin ensemble, l’envie de fonder notre famille s’est naturellement installée. Le temps passe…
Les semaines deviennent des mois, les mois deviennent des années. 3 ans et 3 mois exactement!
3 ans que j’ai arrêté ma contraception. 3 années de déception, de tristesse, de larmes. Nous avons rapidement pris la décision de consulter un spécialiste et le verdict était assez dur à entendre.
Il nous a informés que nous devrions passer par une FIV(Fécondation In Vitro) car j’ai développé un kyste cérébral qui impacte mon ovulation et du côté de mon mari, ce n’était pas la grande forme non plus.
Nous avons encaissé la nouvelle, fait les examens nécessaires afin de commencer le protocole médical. Et là, le premier échec!
Nous décidons de faire une pause.

3 mois après, nous reprenons avec un deuxième transfert d’embryons.
L’expérience est positive!
Après des nuits à prier en larmes, à me poser de nombreuses questions, à réfléchir en me disant: «et si …» J’étais enfin enceinte.
Pour être sincère avec vous, je n’arrivais pas à y croire. J’étais constamment pessimiste. C’était irréel pour moi et je n’arrivais pas à l’accepter. Arrive le 2ème mois de grossesse, la 2ème échographie, on m’annonce que le cœur de notre bébé ne bat plus.
C’était la fin, le vide, les larmes, la colère, la panique. Mon cœur a tout vécu en l’espace de 5 minutes.
Ce n’était pas facile mais petit à petit j’ai réussi à me reprendre par la grâce de Dieu.
Nous voilà de nouveau à la case départ.
A ce moment là, je commençais tout juste à découvrir qui j’étais en Jésus.

J’ai, à travers cette épreuve, découvert ce qu’était avoir une relation avec Dieu.

Cela m’a permis de tenir chaque jour ferme et de compter sur la promesse que Dieu a faite: son peuple ne connaîtra pas la stérilité. A travers l’histoire d’Anne (qui est aussi mon deuxième prénom), j’étais remplie d’espoir et de paix. Des femmes comme Sara ou Rachel qui ont vécu l’infertilité et on connu la grâce de la part de Dieu m’inspirent.

Dieu est un Dieu de miracle, d’amour et le Dieu de l’impossible.

Une fois que j’avais gravé cela dans mon cœur, ma perception du désert de l’infertilité a changé.

Après avoir lu le livre Le champ de la bataille de la pensée de Joyce Meyer,  

(voir l’article),

j’ai décidé de ne plus me focaliser sur le négatif, aussi difficile que cela puisse être.

Au fur et à mesure que les jours passent, je découvre la paix de Dieu à travers l’adoration, la lecture, la méditation…

Je ne pleure plus « devant » mon mari ou mes amies, je ne me plains plus auprès des Hommes, mais j’apprend à tout laisser aux pieds de Jésus.

Il balaye chaque once de peine, chaque blessure, chaque difficultés.

Une fois que l’on goûte à son amour et sa paix surnaturelle, on apprend à être patient, et plus à attendre que « que ça nous tombe dessus ».

La patience est bien plus importante que l’attente

CAR

ce n’est pas votre attente, mais bien votre patience qui est mise à l’épreuve.

La plus grande arme
que vous puissiez avoir
:

travailler votre patience en restant en mouvement même face à l’échec.
Ne baissez pas les bras.

A chaque combat sa victoire!

One Comment

  • Siracuse

    Je suis épaté par ton courage, la force que tu dégages à travers tes mots. Tu est une vraie Femme de combat. J’ai connu aussi un choc émotionnel dans ma vie, et je peux te dire que je me retrouve quand tu parles de Dieu, son apaisement surpasse tout.

    Retiens ce passage : Marc 11:24 🙏🏻💕

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.